samedi 7 juin 2014

Eco-tourisme; un potentiel immense toujours à exploiter


Le Congo dispose de trois grands parcs nationaux ; Odzala-Kokoua [nord], dont la gestion a été confiée en 2011 a la société sud-africaine African Parks Network [APN], qui prévoit d`apporter jusqu` 250 000 euros ; le parc de Conkouati Douli [sud] avec ses tortues marines, communément gérée par le gouvernement et la société américaine Worldlife Conservation Society [WCS]. Enfin, le parc de Nouabale Ndoki qui a été inscrit en 2012 au patrimoine mondial de l'Unesco. Avec ses gorilles de plaine et ses éléphants baignant dans les clairières, ses crocodiles du Nil et ses poissons-tigres Goliath, de redoutables prédateurs de rivières, Nouabale Ndoki et les autres parcs devraient attirer de nombreux touristes. Malheureusement, leur développement est très largement hypothéqué par le manque d' infrastructures et surtout de voies d`accès.
En moyenne seulement 300 touristes essentiellement occidentaux, visitent Nouabale Ndoki chaque année, souligne Thomas Breuer, conseiller technique principal de WCS, charge de la gestion de Nouabale Ndoki. Avec l entrée du parc au patrimoine mondial […], il va donner une autre vision éco touristique, espère, pour sa part Antoinette Nkabi, conseillère a la faune et aux aires protégées au  ministère de l Economie forestière. Depuis la fin du conflit armer et de la période d instabilités sociopolitique qu`` a connus le pays dans les années 1900 et au début des années 2000, les performances économiques et sociales du Congo se sont améliorées. Mais, l écotourisme n a vraiment pas apporte sa contribution, souligne un officiel, affirmant qu`il ne se présente pas toujours comme une priorité a l instar de l`industrialisation par exemple. Et pourtant, le tourisme, avec quelque 22 millions d'hectares endémiques et emblématiques.
Le Congo est un réservoir pour le tourisme, avec quelque 22 millions d hectares regorgeant d espèces animales.





Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Réseaux sociaux