dimanche 10 février 2013

Un forum touristique favorise les relations d’affaires entre l’Afrique et l’Espagne


Communiqué de presse de l'Organisation Mondiale du Tourisme - http://media.unwto.org



06 février 13
La quatrième édition du Forum d’affaires et d’investissement touristique pour l’Afrique (INVESTOUR) a permis d’étudier les possibilités de coopération et d’établissement de relations d’affaires entre l’Espagne et l’Afrique. INVESTOUR 2013, qui se tenait à l’occasion du salon international du tourisme de Madrid (FITUR), a réuni des représentants de 33 pays africains et plus de 50 chefs d’entreprise espagnols (FITUR, 31 janvier 2013).
L’édition 2013 d’INVESTOUR, initiative associant l’OMT, l’institution qui gère le salon du tourisme de Madrid (IFEMA) et Casa Africa, avait pour thème « Le développement du tourisme en Afrique : défis et possibilités ». L’accent a été mis sur certains des principaux domaines concurrentiels pour le tourisme dans la région, à savoir les liaisons aériennes, les investissements, les stratégies de marque et le développement des produits. La séance consacrée aux rencontres interentreprises, plateforme d’affaires pour les participants, a suscité l’intérêt de plus de 50 entreprises espagnoles désireuses d’explorer les possibilités offertes par quelque 200 projets touristiques africains dans des domaines tels que l’accueil, les transports, l’éducation, le savoir-faire et les infrastructures.
Entrée du parc National de Nairobi      © noblinto
« Cette mise en relation d’acteurs des secteurs public et privé avec des partenaires internationaux potentiels représente une occasion sans pareil de renforcer les relations d’affaires entre l’Espagne et l’Afrique et de faire progresser le développement durable sur le continent » a déclaré le Secrétaire général de l’OMT, Taleb Rifai, lors de l’ouverture d’INVESTOUR. Alors que les arrivées de touristes internationaux ont augmenté de 6% dans la région en 2012, l’événement intervenait « à un moment où l’Afrique poursuit sa montée en puissance sur la carte du tourisme » a-t-il ajouté.
Le Ministre béninois du tourisme, Jean-Michel Abimbola, a souligné combien il est important d’assurer une bonne planification stratégique du tourisme en vue de promouvoir le développement de l’Afrique. « Il est essentiel de diversifier l’économie pour attirer des investissements et préserver des traditions millénaires, grâce à des projets d’écotourisme notamment et par la formation » a-t-il déclaré.
« L’Afrique est une destination et l’Afrique est un marché » a indiqué le Ministre sud-africain du tourisme, Marthinus van Schalkwyk. Ses propos reflétaient ce qui s’était dit pendant le débat, à savoir que dans le contexte économique actuel, des initiatives telles qu’INVESTOUR sont utiles que ce soit pour promouvoir le développement touristique ou pour offrir des ouvertures aux entreprises d’Europe.
Dans son allocution de clôture, le Ministre sénégalais du tourisme, Youssou N’Dour, a souligné qu’INVESTOUR fournit « aux pays africains une occasion sans équivalent de vanter leur potentiel touristique aux investisseurs et partenaires espagnols. Le tourisme est un secteur qui peut influencer le cours des choses dans notre région, aussi allons-nous continuer d’appuyer cette initiative importante à l’avenir ».
L’Afrique est l’une des régions du monde enregistrant la plus forte croissance touristique. Entre 2000 et 2012, les arrivées de touristes internationaux ont plus que doublé, passant de 26 millions à 52 millions. D’ici 2030, l’OMT prévoit que ce chiffre atteindra les 134 millions.

Liens utiles :  Investour 2013
Contacts :  Responsable médias : Marcelo Risi   Tél. : (+34) 91 567 81 60



Environnement: La RDC va tripler ses aires protégées.


Information diffusée par l'ambassade de la République Démocratique du Congo à Bruxelles  (crédit photo) :


parcrdcL’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) compte augmenter le pourcentage de la superficie des aires protégées de la RDC qui doit passer de 6 à 17% sur toute l’étendue du territoire national, a indiqué M. Marc Kabunda, directeur des parcs, domaines et réserves à l’ICCN, lors d’un séminaire de renforcement des capacités des  agents et cadres de cette structure de l’Etat, organisé dernièrement au parc de Kundelungu, dans la province du Katanga.

« La déforestation étant l’une des causes du changement climatique, il nous faut étendre les aires protégées pour préserver les forêts de l’abattage sauvage parce que ces mêmes aires protégées servent aussi à la sauvegarde des forêts », a affirmé M. Marc Kabunda.

Il a poursuivi son intervention en ces termes : «Vous savez que la République Démocratique du Congo détient la plus grande forêt de toute l’Afrique. Alors, nous devons la protéger pour sauver presque l’humanité entière». Il y a aussi nécessité, selon lui, de protéger les animaux qui sont un «laboratoire de gênes».

Pour le directeur  des parcs, domaines et réserves à l’ICCN, la prochaine étape du projet d’extension des aires protégées est l’identification et l’évaluation des parcs et aires protégées existants en RDC.

Ce projet, appuyé par le Fonds mondial pour la nature, a été élaboré sur demande du Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, rappelle-t-on.

Réseaux sociaux